La lutte contre la précarité alimentaire

Accroche
Tout au long de l'année, la Banque Alimentaire collecte, trie, stocke et distribue des denrées alimentaires. Elle accompagne ses Associations Partenaires au quotidien et organise divers types de formation pour permettre au réseau de fonctionner au niveau d'exigence où il est attendu.
Corps

Collecter

Collecter sans acheter

La Banque Alimentaire collecte gratuitement des denrées auprès de plusieurs sources d’approvisionnements :

  • la grande distribution (hyper et supermarchés) donne quotidiennement les produits retirés des linéaires avant la date limite de consommation ;
  • l’industrie agroalimentaire donne toutes sortes de produits : secs, congelés, réfrigérés, en conserve ;
  • la restauration collective : Cuisines centrales des communes, CHUGA (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) ;
  • l’Union Européenne donne, par l’intermédiaire du Fonds Européen d’Aide aux plus démunis (FEAD), des produits céréaliers et laitiers ;
  • l'Etat via le PNAA, Programme National d'Aide Alimentaire fournit produits carnés et légumes ;
  • le grand public donne, à l’occasion de collectes dans les grandes surfaces, des denrées non périssables.

Trier

Transporter, trier, stocker

La Banque Alimentaire trie, gère et stocke les denrées dans son entrepôt de Sassenage dans le plus grand respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire.

Les produits sont collectés dans des camions frigorifiques et des bacs isothermes.

La température des produits est contrôlée tout au long du circuit de collecte. Certains collaborateurs ont la qualité de Responsables Hygiène et Sécurité alimentaire. Ils ont été formés pour contrôler la qualité de chaque produit collecté et distribué. L'hygiène des moyens de transports et des outils de stockage est aussi assurée.

Distribuer

Actuellement, 90 Centres Communaux d'Action Sociale (CCAS), associations partenaires et épiceries viennent s'approvisionner à la Banque Alimentaire.

La mission de ces associations et organismes sociaux est d’accompagner les personnes en situation de précarité pour qu’elles retrouvent leur place au sein de la société.

L’aide alimentaire, qui est un levier pour y parvenir, peut prendre plusieurs formes : repas, colis, distribution accompagnée dans les épiceries sociales, etc... Une convention de partenariat alimentaire permet aux Banques Alimentaires, associations, organismes sociaux, CCAS, de mieux travailler ensemble.

La Banque Alimentaire prépare les denrées pour les associations, selon le mode d'aide alimentaire pratiquée.

Les associations sont équipées pour transporter les produits dans leurs locaux de manière à respecter la chaîne du froid.

Une vraie relation de partenariat est installée entre les bénévoles.

Accompagner

La Banque Alimentaire accompagne ses Associations Partenaires au quotidien afin d' "Aider l'homme à se restaurer" Banque Alimentaire, associations et organismes sociaux partagent leurs actions innovantes afin de placer la personne accueillie au centre du processus.

Les associations fournissent l'aide alimentaire sous plusieurs formes :

  • les colis parent au plus urgent : c’est souvent le début d’un contact avec les personnes les plus démunies et déjà un début d’insertion puisqu’il faut en respecter les horaires ; peu à peu, les associations peuvent ainsi orienter ces bénéficiaires vers les structures adaptées ; cette étape est importante et un effort est fait pour diversifier le contenu des colis.
  • Les repas partagés sont une belle source de convivialité : les bénéficiaires redécouvrent ainsi, parfois, des règles de vie : pour ceux qui ont perdu l’habitude de se nourrir correctement, il est important d’être accompagnés pour réapprendre à préparer un vrai repas, à s’asseoir à heures fixes et à partager ce moment de restauration avec d’autres. Les épiceries sociales proposent l’achat de denrées à des bénéficiaires peu solvables (la personne accueillie ne doit pas payer plus de 10% du prix du produit, lorsque celui-ci provient d’une Banque Alimentaire). Ils sont ainsi sensibilisés à la valeur des aliments, à la nécessité d’éviter le gaspillage, et à la contrainte de hiérarchiser ses dépenses ; cet apprentissage est un levier pour apprendre à gérer son budget global. L’absence de gratuité et la liberté de choix mettent la personne dans une situation de non-dépendance ; elle peut ainsi se sentir plus autonome et digne en restant consommatrice et en s’associant à une attitude civique soucieuse du développement durable. 

Former

La Banque Alimentaire organise divers types de formation aussi bien à l'attention de ses bénévoles que de ceux de ses associations partenaires. La Banque Alimentaire propose différentes formations pour permettre aux nouveaux bénévoles de s’investir en toutes connaissances de cause.

Un solide programme de formation permet au réseau de fonctionner au niveau d'exigence où il est attendu :

  • Des formations techniques dans six domaines : la sécurité alimentaire, la recherche de fournisseurs pour approvisionner les BA, la comptabilité, l’informatique (actuellement, formation aux logiciels VIF et Passerelle), le maniement de chariots élévateurs (certificat de cariste), l’utilisation de la plate-forme numérique.
  • Deux types de formations managériales : sessions de réflexion pour les présidents des Banques Alimentaires (management d’équipes, relations avec les pouvoirs publics…), formations de Responsable Hygiène et Sécurité Alimentaire (RHySA). 
  • Et aussi des formations d’accompagnement des partenaires : des ateliers cuisine pour apprendre à cuisiner sain et bon marché, des formations à l’écoute de personnes en situation d’insertion, des formations à l’hygiène et la sécurité alimentaire (HySA).