autres articles de presse...

Accroche
30/11/2018 - articles de différentes éditions du Dauphiné Libéré
Corps

20181130DLautres

Le CHU Grenoble-Alpes s’engage pour la Banque Alimentaire

Lutter contre le gaspillage alimentaire et venir en aide aux plus démunis. C’est le double objectif poursuivi par le centre hospitalier universitaire Grenoble-Alpes à travers le partenariat qui le lie, depuis le mois de juin, à la Banque Alimentaire de l’Isère (BAI).

Cinq jours sur sept, entre 8 500 et 9 000 repas sont fabriqués par les 80 agents de l’unité centrale de production culinaire de l’établissement, située derrière l’hôpital Sud, à Échirolles. Des milliers de barquettes destinées aux personnels et patients des sites Nord (Couple-Enfant et Michallon) et Sud, mais aussi à l’hôpital de Tullins-Fures et aux centres de dialyse de Meylan et La Tronche.

« Malheureusement, nous enregistrons souvent un excédent de production », regrette Émily Dorly, ingénieure restauration. Et ce, malgré le suivi mis en place pour surveiller l’évolution de la demande quotidienne à satisfaire, en lien avec l’équipe de distribution. « La production ayant lieu forcément en amont, il existe toujours un écart dû aux variations d’effectifs et de régimes à respecter par les patients », explique Camille Devroedt, ingénieure environnement et développement durable.

Résultat : un surplus moyen journalier de 50 à 80 plateaux-repas, à jeter à la poubelle. « Une perte à tout niveau, déplore Émily Dorly : de temps pour nos agents et de matières premières.

Du gâchis sur toute la chaîne. » D’où la généreuse idée de faire don d’une partie de l’excédent à la Banque Alimentaire de l’Isère pour qu’elle puisse le distribuer à ceux qui en ont besoin. Chaque semaine, depuis le 5 juin, deux chargements de nourriture sont livrés dans des camions frigorifiques, le mardi par le véhicule du centre hospitalier et le mercredi par celui de la BAI. « Des barquettes individuelles étiquetées conformément à la réglementation en vigueur, avec une date limite de consommation (DLC) assez longue, de trois à quatre jours », précise Camille Devroedt.

Et d’ajouter : « Chacune comporte trois composantes : une viande, un féculent et un légume. Élaborés par les diététiciens du CHU selon un cahier des charges assez précis, nos repas sont très surveillés. »

Les produits sont contrôlés dès leur arrivée à l’unité centrale de production d’Échirolles, pour leur qualité et leur traçabilité. Ils sont ensuite préparés suivant des processus adaptés. Pour certaines viandes, des cuissons lentes et à basse température sont privilégiées afin qu’elles restent juteuses et tendres. Aussi, la pasteurisation des textures modifiées permet de respecter les qualités nutritionnelles des ingrédients utilisés et d’en conserver les bénéfices.

Ne dépassant pas les 500 kilocalories, les menus du centre hospitalier offrent ainsi la possibilité aux personnes faisant appel à la BAI de manger équilibré en protéines, glucides et sel. En complément du service assuré par la cuisine Trois étoiles solidaires de la Banque Alimentaire, située à Seyssins. « Le partenariat fonctionne très bien depuis sa mise en place », se réjouissent Émily Dorly et Camille Devroedt. Deux ingénieures du CHU Grenoble-Alpes qui aimeraient élargir ce dispositif à d’autres associations, pour jeter encore moins d’aliments et venir en aide aux publics en difficulté.

Amir ELGHOUL

Banque alimentaire : la collecte commence ce vendredi

Chaque année, la Banque Alimentaire de l’Isère fait appel à la générosité des habitants du territoire lors d’une grande collecte. Elle aura lieu ce vendredi et ce samedi dans les hypermarchés isérois. À Bourgoin-Jallieu, elle se déroulera à l’espace Leclerc. Cette année, l’association a notamment besoin de féculents (riz, pâtes…), de sucre, ou encore de produits en conserves. Les produits

Seyssins - Banque alimentaire

La collecte nationale de la Banque Alimentaire se tiendra vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre de 8 h 30 à 19 h 30 dans les établissements partenaires Intermarché, Netto et épicerie Pilato (place du Village).

SASSENAGE - Des dons pour la Banque Alimentaire

Comme chaque année depuis plus de 30 ans, le dernier week-end de novembre est, pour les 170 bénévoles de la Banque Alimentaire de l’Isère, synonyme de générosité. La collecte nationale 2018 a lieu cette année les 30 novembre et 1er décembre. L’année dernière, 205 tonnes de denrées ont été récoltées. 5 800 personnes comptent sur cette solidarité dans l’Isère, et compte sur votre générosité.

Une collecte alimentaire au profit de la Banque Alimentaire

À partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, plusieurs associations de Voiron (Aidons la vie, Rotary club, PVBC et Comité de solidarité) sont présentes au Carrefour Les blanchisseries, Carrefour Colombier, Lidl “Georges-Sand” et “Baltiss”, Super U de Voiron ainsi qu’à Carrefour market Saint-Jean-de-Moirans pour une collecte au profit de la Banque Alimentaire de l’Isère. L’association Aidons la vie recherche des bénévoles pour sa collecte (06 22 94 95 35).

MONESTIER-DE-CLERMONT - Collecte nationale des denrées alimentaires

Ce vendredi et ce samedi, aura lieu, à l’Intermarché de Monestier-de-Clermont, la grande collecte nationale de denrées alimentaires et de produits d’hygiène de la Banque Alimentaire de l’Isère, en partenariat avec le Collectif d’entraide du Trièves, présidé par Pascale Cosson. Cette année, la priorité est une nouvelle fois mise sur les plats préparés en conserves sans oublier l’huile, le café, le sucre, les biscuits, les conserves de poisson, le riz, les pâtes, les produits d’hygiène et d’entretien etc. Toutes les denrées collectées seront intégralement redistribuées aux familles bénéficiaires du Trièves. En fonction des quantités collectés, cela permettra d’améliorer très sensiblement le colis de Noël.