La collecte de la Banque Alimentaire s’est terminée hier

La collecte de la Banque Alimentaire s’est terminée hier
30/11/2014

article du Dauphiné Libéré

« Même en cette période de crise, il faut toujours penser aux autres », affirmait Marie Thevenet, 57 ans. Dans son chariot, petits pois et champignons en conserve, mais aussi des pâtes, prêts à être donnés. Comme beaucoup, cette Crolloise a découvert la collecte annuelle de la Banque Alimentaire de l’Isère, en venant faire ses courses au centre commercial Carrefour Meylan. Le seul magasin de la commune – un des 127 magasins du département – qui participaient, hier et avant-hier, à la collecte nationale de l’association.
L’initiative solidaire fête ses trente ans cette semaine.
Aux trois entrées et dans les rayons centraux de l’hypermarché, 55 scouts (enfants et adultes confondus) – parmi les 3 000 bénévoles isérois ont récolté les dons (lire ci-contre). Pâtes, huile... les produits de première nécessité, sont les plus apportés. Pourtant, « nous avons surtout besoin de boîtes de conserve (légumes, poisson), plats cuisinés et produits pour le petit déjeuner », souligne Alain Provost, bénévole et chargé de communication pour la Banque Alimentaire de l’Isère. Selon lui, « en 2013, sur les 238 tonnes récoltées en deux jours sur
le département, 14 tonnes et demi l’ont été à Meylan ». Mais ces deux jours représentent la partie émergée de l’iceberg. « Cette collecte compte pour environ 20 % de nos stocks annuels », précise le chargé de communication de l’association. Car c’est au quotidien que les petites mains de la Banque Alimentaire luttent contre le gaspillage alimentaire et pour le partage, aux fondements de l’association. En effet, des bénévoles sont présents, les matins, dans les hypermarchés, pour récupérer les produits frais (viande, légume, pain, etc.) en date limite de consommation.
Grâce à ce travail, en 2013, 5 500 personnes par semaine sur tout le département ont reçu, via 80 associations, un colis de 5 à 6 kg par semaine, soit une distribution de 1 300 tonnes par an. À Meylan, 70 personnes, ont ainsi été alimentées, via le CCAS.